RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L’ACHAT D’UNE MAISON. POURQUOI CERTAINES JUGES ONT TENDANCE A NE RESOUT PAS LE CONTRAT DE VENTE? POURQUOI NE PAS HESITER A JUGER QUAND BANQUES EXECUTE ET DETRUIT LA VIE DES GENS? POURQUOI LA LOI LES DEUX INTERPRETATIONS SONT CONTRAIRES AUX ACHETEURS CITOYENS? Reviewed by Momizat on . RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L'ACHAT D'UNE MAISON   Bien que la loi 57/1968, du 27 Juillet, réglementant les perceptions des sommes avancée RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L'ACHAT D'UNE MAISON   Bien que la loi 57/1968, du 27 Juillet, réglementant les perceptions des sommes avancée Rating: 0
Inicio » Blog Arriaga Asociados » RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L’ACHAT D’UNE MAISON. POURQUOI CERTAINES JUGES ONT TENDANCE A NE RESOUT PAS LE CONTRAT DE VENTE? POURQUOI NE PAS HESITER A JUGER QUAND BANQUES EXECUTE ET DETRUIT LA VIE DES GENS? POURQUOI LA LOI LES DEUX INTERPRETATIONS SONT CONTRAIRES AUX ACHETEURS CITOYENS?

RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L’ACHAT D’UNE MAISON. POURQUOI CERTAINES JUGES ONT TENDANCE A NE RESOUT PAS LE CONTRAT DE VENTE? POURQUOI NE PAS HESITER A JUGER QUAND BANQUES EXECUTE ET DETRUIT LA VIE DES GENS? POURQUOI LA LOI LES DEUX INTERPRETATIONS SONT CONTRAIRES AUX ACHETEURS CITOYENS?

triangulo

RÉCUPÉRATION DE ARGENT DONNE AUX COMPTE POUR L’ACHAT D’UNE MAISON

 

Bien que la loi 57/1968, du 27 Juillet, réglementant les perceptions des sommes avancées par la construction et la vente de maisons, déclare que les développeurs seront nécessaires pour assurer la sécurité et l’approbation par les montants payés par les acheteurs, et plus à mettre cette loi en pleine force que le retard dans l’initiation ou la livraison de la propriété sera en droit de résilier le contrat, plus les intérêts générés par les paiements qui ont été faites, certains tribunaux ne veulent pas suivre cette approche.

Nous rencontrons beaucoup de juges qui ne donnent pas beaucoup d’importance au retard dans la livraison du logement. Ni donner une pertinence pour résoudre une violation du contrat par le promoteur pour garantir les sommes versées sur compte. Le fait que le promoteur n’a pas respecté son obligation légale de s’assurer que les montants versés au titre d’une garantie bancaire ou d’assurance ne s’avère pas pertinent pour certains juges.

De nombreux acheteurs ont trouvé abri et sans le sou. Les acheteurs de maison Martinsa Fadesa, même sans garantie, sont capables de récupérer l’argent parce que l’entreprise est grande. Mais les acheteurs de maison sans le soutien de petits développeurs sont tout perdre.

Et c’est que beaucoup de développeurs risquent pas d’assurer sans problème sur les sommes versées en compte, sans crainte et ne semblent pas avoir un trop grand nombre d’acheteurs la possibilité de poursuivre en justice. Ni s’inquiétaient pas de réunion de la prestation de logement et le prix est passé et il serait couvert par certains tribunaux, même si les retards sont importants.

Quand les juges de réinterpréter la loi dans un sens tellement différent de ce qui était écrit, bien que fondée sur une condamnation tribunal de district, ils représentent une perte de droits incontestables pour les acheteurs.

Mais les juges n’ont pas osé réinterpréter la loi de procédure civile pour prévenir les banques dans le processus de forclusions rester avec des maisons aux enchères à 50%. Il n’empêche pas non la banque peut alors continuer à poursuivre le reste de la marchandise et payer à l’acheteur du logement acquis par la banque hypothécaire. Et est-ce une fois par enchères acheteur à la maison est la même et ne se rétablira pas pour la vie. Réduits parce que le montant ridicule obtenus par autoadjudicación logement et aussi d’ajouter d’intérêt exorbitants et les frais de justice qui va se produire dans le processus, le montant sera à jamais inaccessible.

Comme dans les précédents juges et ne pas hésiter à encourager les banques sur une interprétation littérale de la loi mais cette loi est incompatible avec le temps, le temps qui est le moteur de nombreuses personnes à une forme moderne d ‘«esclavage» ou de «éviction sociale» pour le reste de leur vie. Et il importe peu et aller de plusieurs centaines de milliers de personnes dans cette situation. En tant que législateurs et des juges ont permis l’usure dans le passé mais maintenant autorisés dans la vie, ou quoi que ce soit, l’expulsion à vie.

A partir de ces lignes, nous exigeons que la justice retrouver le sens de ce que dit la loi, dans son interprétation plus en ligne que par écrit et défini, date à laquelle elle est cohérente avec la réalité sociale qui doit être appliqué. Comme l’article 3 du Code civil:

“1. Les règles seront interprétées comme au sens propre de ses paroles, en relation avec le contexte, le contexte et l’historique législatif et la réalité sociale du temps qui doit être appliqué, desservant principalement l’esprit et le but de celles-ci.

2. L’équité doit être pesé dans l’application des règles, bien que les décisions du Tribunal peuvent compter uniquement sur ​​elle quand la loi le permet expressément. “

En fin de compte faire valoir le bon sens ainsi énoncées à l’article 3 du Code civil.

Jesús María Ruiz Arriaga Remirez

Procureur et affectées par Martinsa Fadesa.

 

Acerca del Autor

triangulo
triangulo

Deje su comentario

triangulo

Subir